La Malaisie et la politique en matière de peine de mort : Une relation tumultueuse 

Asie

Publié par Michelle Chew, le 24 octobre 2022

Le 6 octobre 2022, le gouvernement malaisien a présenté des projets de loi visant à abolir la peine de mort obligatoire. Cependant, le parlement a été dissous le 10 octobre, avant que les projets de loi ne soient adoptés.

Malgré le parcours turbulent qu’a connu la Malaisie pour devenir un pays abolitionniste, les récents événements et activités démontrent l’engagement toujours présent envers cet agenda. C’est le résultat de l’effort collectif déployé par les professions juridiques (avocats, conseil du barreau et pouvoir judiciaire) et les organisations de la société civile (associations de défense des droits humains nationales, transnationales et internationales) qui ont eu recours au contentieux, à la mise en réseau et au plaidoyer pour mettre en lumière, progressivement et avec succès, les injustices de la peine de mort et faire pression sur les parlementaires pour changer les choses.

La Malaisie étant l’un des rares pays au monde à avoir conservé l’usage de la peine de mort au XXe siècle, ce fut une agréable surprise lorsque le gouvernement malaisien a annoncé qu’il acceptait d’abolir la peine de mort obligatoire le 10 juin 2022, à la suite de l’achèvement des recherches qui avaient été déposées pour promouvoir des peines alternatives. Il suffit de dire que de nombreux Malaisiens et Malaisiennes, des organismes internationaux et des défenseurs et défenseuses de l’abolition ont accueilli chaleureusement cette nouvelle tant attendue, depuis près de 4 ans, depuis l’engagement du gouvernement Pakatan Harapan à faire de la Malaisie une zone sans peine de mort en 2018.

Mais dire que la route vers l’abolition s’est déroulée sans heurts serait bien loin de la vérité : avant cette annonce, l’engagement d’abolir la peine de mort a été marqué par de multiples retards et revers de la part des parlementaires, sans parler d’une crise politique entre les deux, qui a entraîné trois changements de gouvernement, ce qui a ralenti cette progression. En outre, les défenseurs et défenseuses des droits humains continuent à faire face à des défis dans la lutte contre les idéologies séculaires qui ont été influencées par les politiques gouvernementales d’antan concernant l’utilisation de la peine de mort, en particulier pour les infractions liées à la drogue. 

Mais dans l’ensemble, ces événements ont mis en lumière un facteur qui a joué une influence incroyablement importante dans le parcours abolitionniste de la Malaisie – à savoir la politique. 

Contexte général 

En tant qu’ancien membre de l’administration coloniale britannique de 1826 à 1957, il n’est pas surprenant que la Malaisie, alors britannique, ait non seulement hérité des systèmes juridiques et politiques de ses homologues britanniques, mais aussi des lois et des châtiments qui existaient à l’époque – y compris la peine de mort. Bien que la Malaisie se soit libérée de la domination britannique le 31 août 1957, elle a conservé une bonne majorité de ces systèmes et de ces lois qui continuent d’être appliqués à ce jour.

Ironiquement, le Royaume-Uni a fait ses premiers pas dans l’abolition de la peine de mort obligatoire en 1964, quelques années seulement après Merdeka, le jour de l’indépendance de la Malaisie, avant de la supprimer totalement en 1998. 

La Malaisie, quant à elle, n’a pas suivi le même chemin, choisissant de concentrer ses ressources et ses politiques sur la stabilisation des changements sociopolitiques qui se produisaient dans le pays, compte tenu du fait que nous venions tout juste d’accéder à l’indépendance – nous y reviendrons plus loin dans cet article.  À ce jour, la peine de mort obligatoire s’applique à 11 infractions, allant du meurtre au trafic de drogue, en passant par le terrorisme, l’enlèvement et la possession d’armes à feu. Une réponse parlementaire de février 2022 a répertorié environ 1 341 personnes dans le couloir de la mort, dont 905 personnes condamnées à mort pour des infractions passibles de la peine de mort obligatoire.

La longue et sinueuse route vers l’abolition

a. Les années 1980 – L’administration Mahathir et la guerre contre la drogue. 

Aucune discussion sur la politique qui sous-tend la peine de mort en Malaisie ne serait complète sans plonger dans la tristement célèbre « guerre contre la drogue » que la plupart des pays de l’ANASE ont entreprise depuis les années 1960 : pour les Malaisiens, cette guerre a souvent été associée à celle de l’administration Mahathir.  

Avant les années 1980, le gouvernement colonial britannique a introduit la loi sur les drogues dangereuses de 1952 (« DDA 1952 ») en Malaisie en réponse à la menace croissante des substances liées à la drogue dans les années 1950. Cette loi, qui visait à régir les infractions liées à la consommation et au trafic de drogues dans le pays, est toujours en vigueur à ce jour. Toutefois, ce n’est que sous l’administration de Mahathir que la peine de mort a été introduite dans la DDA 1952 en 1975, et rendue obligatoire en 1983.

Cet amendement est le résultat des efforts déployés par le gouvernement dans le cadre de sa campagne de lutte contre la drogue, celle-ci étant considérée comme un problème de sécurité compte tenu des premières étapes du développement de la Malaisie en tant que pays indépendant tout juste sorti de la colonisation. Pour résumer, la question a été formulée de manière à dépeindre la drogue comme quelque chose d’incroyablement nuisible pour la société, sans parler de la menace dangereuse qu’elle représentait pour la sécurité nationale de la Malaisie, car elle pouvait éventuellement faire dérailler le développement national et provoquer une incitation majeure à la violence. 

Ainsi, on a pensé que pour éliminer l’usage de drogues, il fallait non seulement prendre des mesures intensives telles que l’éducation, la publicité, les tests et la réhabilitation pour des quantités relativement faibles de drogues comme l’héroïne, la cocaïne ou la marijuana, mais aussi des sanctions extrêmement sévères pour « frapper à la source ». Pour replacer les choses dans leur contexte, on pourrait associer l’augmentation des taux de consommation de drogues en Malaisie au début des années 80 au fait que nous étions situés à proximité du « Triangle d’or », une région comprenant la Thaïlande, le Myanmar et le Vietnam, connus pour être les principaux producteurs de pavot à héroïne – il n’était donc pas surprenant que le pays soit utilisé comme point d’approvisionnement pour d’autres régions d’Asie du Sud-Est et du monde. 

Dans ce contexte, « frapper à la source » signifie cibler l’application de la peine de mort sur les personnes impliquées dans les réseaux de trafic de drogue, afin de décourager ceux qui ont l’intention d’utiliser la Malaisie comme point de transit pour la contrebande internationale vers le reste du monde. Ainsi, l’introduction de la peine de mort dans les lois sur la drogue a été considérée comme un outil pratique pour inspirer la peur aux fournisseurs de drogue et, espérons-le, les dissuader de poursuivre leur commerce.

Il suffit de dire que cette conception a dominé l’espace politique des années 1970 à 1989 : la peine de mort obligatoire était un mal nécessaire pour combattre les infractions liées à la drogue. Cette conception a largement influencé la perception du public de l’époque, qui a maintenu la peine de mort pour les drogues en raison de la menace qu’elle représentait pour l’effondrement des relations familiales et la perte de vies. Pour résumer, ce mandat s’est reflété même dans le jugement du pouvoir judiciaire dans diverses affaires, notamment dans l’affaire Chang Liang Sang & Ors v Public Prosecutor [1982] 2 MLJ 231 :

sauf dans les circonstances les plus exceptionnelles, une peine de mort devrait être imposée à la suite d’une condamnation pour trafic de drogue, afin de marquer la gravité de l’infraction, de souligner la désapprobation du public, de servir d’avertissement aux autres, de punir le délinquant et, surtout, de protéger le public.

Il n’est donc pas surprenant que les lois sur les drogues de notre pays aient été considérées à l’époque comme l’une des plus sévères au monde, d’autant plus avec la mise en œuvre de la politique « sans pitié » pour les personnes demandant la clémence dans les années 1990. Selon les statistiques d’Amnesty International, la Malaisie a vu pendre plus de 120 condamnés à mort pour des infractions liées à la drogue entre 1983 et 1992, dont au moins 39 exécutions en 1992, soit le nombre minimum le plus élevé enregistré en une année. En moyenne, cela représentait 15 à 16 exécutions par an.

Toutefois, 22 ans après l’administration de Mahathir, des études ont montré que les tentatives du Premier ministre de l’époque étaient quelque peu infructueuses, notamment en ce qui concerne l’héroïne : la Central Intelligence Agency des États-Unis a constaté que près de 2 jeunes Malais sur 3 avaient consommé de l’héroïne à cette époque, ce qui prouve que les mesures extrêmes prises pour lutter contre ce problème étaient insuffisantes. En outre, un article publié par le New York Times en 1989 a montré que le taux d’utilisation de drogues dans le pays augmentait toujours et que la guerre intensive drainait une grande partie des ressources financières du pays (à l’époque, on estimait que 22 millions de dollars étaient dépensés par an).  

b. Les années 2010 : Un changement d’attitute – La recherche de Roger Hood sur l’opinion publique concernant la peine de mort, et les modifications de l’article 39B(2A) DDA 1952.

Ce n’est qu’au début de l’année 2010 que la Malaisie a commencé à voir un regain de l’agenda abolitionniste suite à quelques événements. 

Tout d’abord, l’affaire Yong Vui Kong a attiré l’attention sur les lacunes des lois relatives à la peine de mort, notamment en ce qui concerne la manière dont elles ciblent injustement les communautés vulnérables : des membres du public et des dirigeants ont remis en question l’injustice dont étaient victimes les passeurs de drogue, d’autant plus que ces personnes étaient souvent issues de milieux socio-économiques défavorisés et n’avaient d’autre choix que de se tourner vers ce commerce pour subvenir à leurs besoins ou à ceux de leur famille. À la suite de son cas, une campagne menée en 2010 pour sauver sa vie et commuer sa peine à Singapour a permis de recueillir plus de 109 346 signatures, et des membres du conseil de l’ordre des avocats, des ONG et des organisations de la société civile se sont réunis pour se mobiliser en faveur de l’action publique. Plus important encore, des membres du public se sont réunis pour former une pétition de clémence qui a été soumise à l’Istana de Singapour – un exploit impressionnant et collectif qui n’avait jamais été vu auparavant. 

C’est grâce aux efforts collectifs des parlementaires, des avocats et des militants que la communauté a probablement connu un grand changement de cadre, à savoir que nous avons commencé à voir les choses sous l’angle des droits humains et de l’injustice afin d’humaniser les personnes condamnées à mort et de nous concentrer davantage sur l’amélioration de nos procédures judiciaires pour qu’elles soient conformes aux normes internationales en matière de procès équitable. En bref, il fallait s’efforcer de prévenir les erreurs judiciaires à la lumière de l’irréversibilité de la peine de mort, un argument clé qui traverse la rhétorique abolitionniste. En particulier, l’accent a été mis sur le fait que la peine de mort représentait une atteinte par l’État aux droits et libertés constitutionnelles de l’accusé, notamment le droit à la vie. Ce prisme des droits humains, que l’ancienne génération avait l’habitude de mépriser, se sont lentement enracinées dans nos communautés – à savoir, l’acceptation croissante des droits humains dans les lois malaisiennes. 

Ainsi, à la lumière de la popularité croissante de l’agenda abolitionniste, une étude sur l’opinion publique menée par le regretté Roger Hood en 2013 a révélé qu’il y avait une opposition minime à l’abolition de la peine de mort – encore plus pour les infractions liées à la drogue. En réponse à ce rapport, Nazri Aziz (alors ministre du gouvernement Barisan Nasional) a déclaré que cela n’aurait pas été possible sans le soutien du public. C’était la preuve explicite que le soutien du public à certaines questions joue un rôle important dans la détermination de l’existence de certaines lois. 

En outre, le Parlement a adopté un amendement à la section 39B de la loi sur les drogues dangereuses de 1952, qui a remplacé la peine de mort obligatoire par une peine discrétionnaire. Cependant, certaines critiques de l’amendement incluent le fait qu’il n’est pas rétroactif pour les condamnations antérieures, ce qui rend injuste pour ceux qui ont aidé les autorités dans le passé (un élément désormais obligatoire dans l’accomplissement de la discrétion à exercer dans l’amendement Dangerous Drugs Act 1952, s.39B(2A)(d). En outre, des études menées en 2022 ont montré qu’elle ne permettait pas de lutter efficacement contre les infractions liées à la drogue.

Dans l’ensemble, on peut dire que le climat politique et la société en général changent lentement pour refléter une tendance à la clémence et au pardon.

c. 2018 : Un nouvel espoir… ? Réflexion sur les turbulences et les réalisations politiques du Pakatan Harapan et du Perikatan Nasional.

Avant la victoire de la coalition Pakatan Harapan aux 14e élections générales malaisiennes de 2018, la coalition a publié un manifeste dans lequel elle énonçait les promesses qu’elle ferait si elle était élue au gouvernement. La promesse la plus significative était peut-être celle d’abolir totalement la peine de mort dans les lois malaisiennes, alors que le manifeste ne mentionnait que la peine de mort obligatoire.

Conformément à sa promesse après son élection, le gouvernement de l’époque a affirmé sa position et a imposé un moratoire officiel sur toutes les exécutions en octobre 2018, qui reste en vigueur à ce jour, ce qui a été largement salué comme nos premiers pas vers l’abolition. En outre, ils ont également pris l’initiative de réexaminer les infractions liées à la drogue dans le pays, Mahathir, qui était le Premier ministre au pouvoir pour la deuxième fois, déclarant que la peine de mort obligatoire qu’il imposait était considérée comme « trop sévère et inefficace comme moyen de dissuasion ».

La coalition s’est heurtée à la résistance des autres partis et, malheureusement, un léger revers a été enregistré en 2019 lorsque la coalition a annoncé qu’elle n’allait pas abolir la peine de mort dans sa totalité pour l’instant, mais qu’elle allait plutôt se concentrer sur l’abolition des infractions passibles de la peine de mort obligatoire en premier lieu et permettre aux juges d’exercer leur pouvoir discrétionnaire pour tous les crimes.

Pour aggraver les choses, nous avons vu le pouvoir de la coalition en tant que gouvernement du jour s’effondrer à la suite du tristement célèbre « Sheraton Move » en 2020, qui a vu un nouveau gouvernement sous la coalition du Perikatan Nasional prendre le pouvoir (pour ne durer que 17 mois avant que le Premier ministre de l’époque, Muhyiddin Yassin, ne démissionne) – à la lumière de 2 remaniements ministériels et de l’instabilité politique qui a eu lieu, sans oublier la pandémie de Covid-19 qui a mis le travail parlementaire en suspens en raison de la déclaration d’urgence nationale dans le pays, cela signifie que tout progrès concernant l’abolition s’est soudainement arrêté. Depuis, la présentation des résultats d’une consultation nationale sur la question a été reportée à plusieurs reprises en raison de la nécessité d’approfondir l’étude. 

Ce hiatus n’a toutefois pas duré longtemps : les discussions sur la peine de mort ont recommencé à gagner du terrain à la fin de l’année 2021, à la suite du tollé international et de la campagne intense menée par les ONG locales et internationales contre l’exécution imminente de feu Nagaenthran K. Dharmalingam à Singapour. Pour la première fois depuis longtemps, des membres du Parlement et des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur se sont réunis et ont pris des mesures actives pour communiquer avec leurs homologues singapouriens afin de suspendre son exécution en raison de sa situation. Après l’exécution, les appels à l’abolition de la peine de mort en Malaisie ont été encore plus forts, soulignant le fait que nous ne pouvions pas critiquer les actes de nos voisins si nous maintenions exactement la même punition dans notre propre cour.  

Parallèlement à cette période, le Parlement a également vu les ministres présenter des projets de révision et de légalisation du cannabis à des fins médicales, une question qui a lentement gagné du terrain ces dernières années dans le monde entier. La Malaisie a également obtenu le statut de membre du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour la période 2022-2024. Dans l’ensemble, ces efforts ont permis d’afficher publiquement notre engagement envers la cause abolitionniste, ce qui nous a valu les éloges de la communauté internationale.

C’est finalement en juin 2022 qu’a été annoncée la présentation prochaine des propositions d’alternatives à la peine de mort obligatoire. Cette annonce fait suite à la présentation d’un rapport sur l’étude des peines alternatives à la peine capitale lors d’une réunion du Cabinet, et et signifie que les 11 délits passibles de la peine capitale obligatoire seront remplacés par des formes alternatives de sanction. On s’attend à ce que le gouvernement malaisien présente les amendements législatifs nécessaires à l’abolition de la peine de mort obligatoire en octobre, lors d’une réunion parlementaire, et qu’il soit sur la bonne voie pour que ces amendements entrent en vigueur en janvier 2023.

À la lumière de tout ce qui s’est passé, le parcours de la Malaisie s’avère être un excellent exemple de l’importance vitale du soutien public et de l’action collective des différentes parties prenantes, car cela permet de modifier les lois afin qu’elles reflètent les valeurs sociétales en constante évolution que défendent les Malaisiens. Du côté des organisations de la société civile, nous avons vu que l’ordre du jour était conçu sous l’angle de la justice et des droits humains afin d’amener le public à comprendre la peine de mort. Mais dans l’ensemble, la prise de conscience qui s’est développée au fil des ans au sein du public a exercé une pression suffisante sur les organes gouvernementaux pour créer un soutien bipartite sur la question et poursuivre et terminer le travail de leurs prédécesseurs en faisant pression pour obtenir les amendements pertinents. 

Remarques finales

Dans l’ensemble, malgré le parcours turbulent qu’a connu la Malaisie pour devenir un pays abolitionniste, les événements et les activités récentes qui ont eu lieu depuis démontrent toujours l’engagement constant envers cet agenda. C’est le résultat de l’effort collectif des professions juridiques (avocats, conseil du barreau et pouvoir judiciaire) et des organisations de la société civile (associations de défense des droits humains nationales, transnationales et internationales) qui ont eu recours à l’action en justice, au travail en réseau et à la défense des droits – une combinaison plutôt puissante – pour mettre progressivement en lumière les injustices de la peine de mort dans notre pays et faire pression sur les parlementaires pour qu’ils changent les choses. Cela a contribué à modifier le climat politique relatif à la peine de mort et à orienter le changement nécessaire pour concrétiser la vision originale du Pakatan Harapan, à savoir l’abolition de la peine de mort dans les lois malaisiennes. 

Il ne reste plus qu’au gouvernement malaisien à donner suite à sa décision. Même si la mise en œuvre du changement peut prendre du temps, l’espoir de voir la Malaisie tourner une nouvelle page demeure. 

Remerciements 

L’auteure tient à remercier le Dr. Thaatchayini Kananatu pour une partie du contenu et des mots de cet article, qui a été écrit en conjonction avec le Podcast sur la peine de mort et la politique du réseau Anti-Death Penalty Asia Network (ADPAN). Pour plus d’informations sur ce sujet, le Dr Thaatchayini a récemment publié un article sur le cadrage et la peine de mort en Malaisie, que les lecteurs intéressés peuvent consulter à l’adresse suivante : https://www.crimejusticejournal.com/article/view/2476

En outre, l’auteure tient à exprimer son immense gratitude et ses remerciements à l’équipe de l’APDAN pour ses points de vue et ses contributions tout au long de la rédaction de cet article – sans eux, elle ne serait pas allée aussi loin dans son parcours personnel de militante anti-peine de mort en herbe. 

Catégories

Malaisie

Plus d'articles