120 États membres des Nations Unies soutiennent le moratoire lors du vote en Commission

Normes internationales

le 18 novembre 2020

Le 17 novembre, la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté un projet de résolution appelant les États membres à observer un moratoire sur les exécutions. Ce texte a été coécrit par le Mexique et la Suisse, qui ont toutes deux coprésidé un Groupe de travail interrégional à cet effet. Un total de 77 États ont ensuite coparrainé le texte devant la Troisième Commission.

Lors du vote, une majorité de 120 États se sont prononcés en faveur de la résolution*, tandis que 39 autres ont voté contre et 24 se sont abstenus. Dans son rapport publié à l’occasion du vote, Amnesty International note certains changements positifs, Djibouti, le Liban et la Corée du Sud ayant voté en faveur de la résolution pour la première fois. La République du Congo, la République démocratique du Congo, Eswatini, la Guinée, Nauru, les Philippines et la Sierra Leone ont, pour leur part, de nouveau soutenu la résolution après s’être abstenues ou ne pas avoir été présentes lors du vote en 2018. La liste complète des votes est disponible ici, ainsi qu’une synthèse à ce sujet par Amnesty International (toutes deux en anglais).

Amnesty International se félicite du soutien continu aux résolutions de l’ONU sur cette problématique, ce qui confirme une fois de plus que l’abolition de la peine de mort n’est qu’une question de temps dans le monde.

Amnesty International, Death Penalty: Majority of States Continue to Support UN Call for Moratorium on Executions at Committee Vote

L’Assemblée générale des Nations Unies devrait se réunir en séance plénière à la mi-décembre afin d’adopter la huitième Résolution pour un moratoire sur les exécutions. Le nombre de votes en faveur d’une telle résolution est passé de 104 (lors de l’adoption de la toute première en 2007) à 121 (en 2018). Ce résultat témoigne de la reconnaissance de l’abolition comme une question cruciale pour les États, et comme un droit fondamental.

Des changements en matière de vote peuvent survenir entre l’adoption du projet par la Troisième Commission et l’examen final en séance plénière. La Coalition mondiale contre la peine de mort encourage vivement tous les États à soutenir la résolution comme un premier pas vers l’abolition universelle de la peine capitale.

*Un vote donné oralement. La miniature affiche le résultat du vote électronique.

flag

Congo

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Djibouti

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Eswatini

Abolitionniste en pratiqueStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Guinée

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Liban

Non abolitionnisteStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Mexique

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Nauru

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Philippines

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

République de Corée

Abolitionniste en pratiqueStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

République démocratique du Congo

Non abolitionnisteStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Sierra Leone

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
flag

Suisse

Abolitionniste pour tous les crimesStatut juridique de la peine de mort

Pays
20ème Journée mondiale contre la peine de mort : La peine de mort : un chemin pavé de torture Journée mondiale

20ème Journée mondiale contre la peine de mort : La peine de mort : un chemin pavé de torture

Alors que la 20e Journée mondiale contre la peine de mort est célébrée dans le monde entier, c’est le moment de considérer et de célébrer les progrès réalisés par le mouvement abolitionniste au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui plus que jamais, les acteurs abolitionnistes doivent continuer à œuvrer pour l’abolition complète de la peine […]

Endorse the Protocole

Plus qu’un pas : ratifier les protocoles internationaux et régionaux sur l’abolition

Au 28 mars 2022, 90 États parties au PIDCP sur 173 ont ratifié le deuxième Protocole facultatif, dont le Kazakhstan (24 mars 2022), l’Arménie (18 mars 2021), l’Angola (2 octobre 2019), l’État de Palestine (18 mars 2019), la Gambie (28 septembre 2018) et Madagascar (21 septembre 2017).

Plus d'articles